Histoire

Existant depuis 1974 pour Kagyu Dzong et 1982 pour Dachang Vajradhara Ling, ces deux centres doivent leur existence à l’activité éveillée du très précieux Kalou Rinpoché.

Dès l’instant de leur création, il nomma le vénérable Lama Gyourmé afin qu’il en assume la direction spirituelle et prenne en charge leur développement.
Tâches qu’il assume depuis lors avec le plus grand dévouement aux souhaits exprimés par celui qui fut son propre maître. Lama Gyourmé a en effet été formé au sein du centre de retraites traditionnelles du monastère de Kalou Rinpoché en Inde, à Sonada.

Kalou Rimpoché, en dessous : lama Gyourmé, lama Londreu Rimpoché (actuellement aux USA), Lama Shérab, Lama Orgyen (touts les deux aujourd'hui à Kagyu Ling)

Il est aujourd’hui assisté par lama Péma et depuis 2006 par le Vénérable Khenpo Trinley

Au contact du vénérable Lama Gyourmé et des autres Lamas, nous entrons ainsi directement en relation avec tous les maîtres des glorieuses lignées Karma Kagyu et Changpa Kagyu qui sont en filiation directe de Vajradhara, le Bouddha primordial.

“Et nous pouvons ainsi recevoir d’eux les instructions relatives aux trois sentiers enseignés par le Bouddha Sakyamuni : Hinayana, Mahayana et Vajrayana.”

Lama Gyourmé est né en 1948 au Bouthan. Son père, l’érudit et réputé Lama Pékar était responsable du monastère de Djang Tchoub Tcheu Ling et y représentait la princesse Ashe Wangmo qui joua un rôle important dans la vie de l’enfant. En effet, cinq mois avant qu’il naisse, elle prédit la venue d’un garçon et lui donna le nom de Karma Gyourmé.

Plus tard, remarquant les grandes qualités de l’enfant et son attrait pour la vie monastique, elle suggéra qu’il commence son éducation religieuse au monastère.

A dix ans, Lama Gyourmé rencontre pour la première fois le Très Vénérable Kalou Rinpoché et prenant auprès de Sa Sainteté le XVIe Karmapa, les voeux d’ordination mineure, il reçoit le merveilleux nom de “ Karma Phende Djoung Né : “ La source de bienfaits et de bonheur “

A dix-huit ans, il rentre en retraite de trois ans trois mois et trois jours au monastère de Sonada, répondant ainsi au souhait de Kalou Rinpoché. Il prend, durant la retraite, les voeux d’ordination majeure et à sa sortie, Rinpoché le nomme “ oumze “, autrement dit Maître des cérémonies, des rituels, des chants et des danses sacrées.

Pour parfaire son apprentissage religieux et philosophique, il étudie à Rumtek au Sikkim, auprès de Sa Sainteté le XVIe Karmapa qui lui remet le diplôme d’enseignant de la tradition Kagyupa.

Un jour de sa 25e année, alors qu’il accompagne son Maître Kalou Rinpoché en France, Lama Gyourmé apprend qu’il va demeurer à Paris pour y instruire et guider les êtres.

Pour la première fois en France un centre boudddhiste tibétain Kagyupa, béni par Sa Sainteté le XVIe Karmapa en 1975 en lui prédisant un très bel avenir, a été créé. Le Très Vénérable Kalou Rinpoché donna le nom de Kagyu Euser Tcheu Dzong ce qui signifie « La Citadelle de Claire Lumière » en nommant Lama Gyourmé responsable du centre. Enfin grâce à la ville de Paris, à l’Institut International Bouddhique, et aussi à l’aide de généreux donateurs et de nombreux bénévoles, le temple actuel a été inauguré en 1985.

L’autre centre dont la direction a été confiée à Lama Gyourmé est le centre Vajradhara Ling, situé en pleine campagne normande, non loin de Lisieux.

La création de cette congrégation a été annoncée par une merveilleuse prophétie de Sa Sainteté le XVIème Karmapa : alors que plusieurs Rinpochés proposaient de donner le nom de Vajradhara à la nouvelle université de Rumtek, Sa Sainteté préféra celui de « Nalanda », car avait-elle affirmé :

“un centre sera très prochainement fondé en Occident et les disciples choisiront de l’appeler Vajradhara”

« Le Jardin du Bouddha Vajradhara » fut inauguré en 1982. Depuis, dans cet espace ouvert en pleine nature, se sont construits un moulin à prières et un grand stupa, dédiés tous les deux à la paix dans le monde selon le souhait du précédent Kalou Rinpoché. Lama Gyourmé s’occupe aussi du centre de retraite de Mahamoudra Ling également situé en Normandie, dédié aux pratiquants souhaitant faire des petites retraites d’une semaine, d’un mois, jusqu’à la traditionnelle retraite de trois ans.

Le Vénérable Khenpo Trinley Gyaltsen est né au Bouthan en 1966. À partir de 11 ans, et jusqu’à 15 ans, il étudia auprès du fameux maître Yangmar Rinpoché, terminant à cette occasion les pratiques préliminaires spéciales. Puis il se rendit à la frontière Bouthano-tibétaine en un lieu fameux visité autrefois par Padmasambhava, Sengyé Dzong, où il accomplit une retraite solitaire de 4 ans guidée par Lama Namdreul Zangpo. Il se rendit ensuite à Paro, au Bouthan, auprès de Sa Sainteté Dilgo Khientsé Rinpoché et du Vénérable Khenpo Nyushul Rinpoché. Il y resta en retraite deux années entières, période durant laquelle il reçut d’eux enseignements et instructions de pratique. Ensuite, il demeura deux ans au Koujé Lhakang situé dans le Bumthang, la province centrale du Bouthan. Durant cette période lui furent transmises toutes les initiations du Rinchen Terdzeu en 111 volumes, ainsi que les autorisations scripturaires du Tengyour, la collection complète des commentaires de l’enseignement du Bouddha en 215 volumes. De Dodroup Rinpoché, il reçut aussi les transmissions des collections livresques de Sa Sainteté Dudjom Rinpoché. Il se rendit ensuite à Rumtek au Sikkim, au collège d’étude de Nalanda, pour y étudier neuf années consécutives la philosophie ainsi que tous les autres domaines du savoir traditionnel.

Au terme de brillantes études, il fut consacré par le titre de khenpo, ou docteur en théologie bouddhiste. Son Eminence Gyaltsap Rinpoché lui demanda alors de demeurer quelque temps à Nalanda afin d’y enseigner aux moines. Il y resta 2 ans et 7 mois puis il partit au monastère de Salugara où il enseigna pendant plus de 3 années. Arrivé depuis peu en France, il enseignera durant plusieurs années à Kagyu Dzong et Dachang Kagyu Vajradhara Ling et demeurera principalement à Mahamoudra Ling.